by

Les 5 erreurs les plus courantes lors de la création d’une vidéo

Il existe 5 erreurs qui sont régulièrement commises lors de la création d’une vidéo… même par des professionnels !

Ces erreurs empêchent votre vidéo d’atteindre sont rendement optimale et en diminue la portée auprès de vos prospects.

Je vais vous présenter ces 5 erreurs courantes, vous expliquer comment les éviter et vous permettre de réaliser des vidéos qui seront vues par un maximum de spectateurs.

À la fin de l’article, vous trouverez une vidéo de présentation d’une discipline de gymnastique douce conçue  en appliquant ces conseils.

 

1. La qualité du son

La première, la plus courante et la plus importante de ces erreurs consiste à laisser un son médiocre voir inaudible accompagner vos vidéos. Savez-vous quel est l’impact psychologique d’un message audiovisuel sur la psychologie humaine ? Sur une échelle de 10, le son a un impact de 7 contre seulement 3 pour l’image !

Cela signifie que les sons ont plus de deux fois plus d’impact sur l’inconscient humain que les images. Pourtant, dans la fabrication d’une vidéo, c’est pratiquement toujours l’image qui est privilégiée par rapport au son.

En fait, dans la majeure partie des cas, les gens supportent plus facilement une vidéo avec des images de moindre qualité si le son est net, clair et que le message est fluide. Par contre, ils supporteront plus difficilement le contraire, surtout si les images ne sont pas suffisamment explicitent. Même au temps du cinéma muet l’on jouait de la musique pour faciliter la concentration des spectateurs sur les images… et l’essentiel du message était écrit sur l’écran !

Aujourd’hui, à l’heure d’Internet et des écrans réduits, le son a pris une importance considérable. Le succès des podcasts en est la preuve. Un message audio bien travaillé a souvent plus d’impact que la plus belle des vidéos. Donc, soyez très attentif au son lorsque vous préparer ou effectuez un tournage.

La solution la plus rapide et la plus simple est de faire un test avec le matériel dont vous disposez et d’écouter le résultat dans un endroit calme. Vous pouvez alors identifier et couper les bruits environnants trop gênants, vous protéger du vent, disposer votre micro plus prêt de votre bouche ou de celle de votre interlocuteur, voire utiliser un micro cravate si vous en possédez un.

Si malgré tout, il reste des bruits de fond ou d’autres problèmes liés à la prise de sons, utilisez au montage un petit logiciel – comme Audacity – permettant de corriger ces erreurs avec l’ajout de filtres et d’effets correcteurs. Si vous avez plusieurs sources sonores et/ou de la musique, un mixage sera indispensable.

 

2. Des images « tremblantes »

Même si nous ne nous en rendons pas compte, nos mains « vibrent » légèrement en permanence. Cette vibration devient tremblement au bout d’un certain temps lorsque que l’on tient une caméra à bout de bras. Même si la caméra semble légère et que la plupart disposent aujourd’hui de système antivibrations (plus ou moins efficace selon la marque et le modèle).

Sur un écran d’ordinateur, des images filmées « à la main » qui bougent énormément procurent aux spectateurs stress, malaise, voir mal de mer et écœurement, ce qui n’est pas vraiment le but recherché quand l’on veut séduire un prospect et le convertir en client.

À part pour des situations très particulières et un choix délibéré de travailler caméra à la main, utilisez toujours un trépied. Cela vous permettra d’avoir des plans fixes stables pour focaliser l’attention des spectateurs. Si vous souhaitez tout de même un peu de mouvement, entrainez-vous avec votre caméra sur trépied à effectuer des mouvements panoramique fluides et propres.

Il existe aujourd’hui sur le marché de très bon trépieds pour quelques dizaines d’euros et adaptés à différents types de caméras. Si vous envisagez d’effectuer des mouvements panoramique, choisissez un trépied avec une tête à poignée.

3. Un mauvais cadrage

Un bon ou un mauvais cadrage est un élément qui a l’air sans importance, mais qui crée une grande différence entre les professionnels et les amateurs débutants. Rien qu’en appliquant les principes les plus simples du cadrage, votre vidéo donnera une impression plus maîtrisée et plus professionnelle.

Voici comment cadrer le plan le plus utilisé : le plan taille.

Le cadre d’un plan taille part de votre taille ou de votre buste jusqu’à la tête. Normalement, il y a un peu d’espace entre la limite du cadre supérieur et le sommet de votre tête. Dans la plupart des vidéos de débutants, il y en a beaucoup trop ou trop peu. Ce décalage peut s’avérer dérangeant pour le spectateur et le déconcentrer de votre message principal. La juste proportion de cet espace est donc importante. Je vous donne un truc tout simple pour la respecter : faites le poing avec une de vos mains et poser la sur votre tête. Si votre plan part de la taille, mettez le poing verticalement pour augmenter un peu l’espace, si le plan part du buste, mettez le point en position horizontale pour être plus serré. Simple non ? Vérifiez tout de même le cadre sur un moniteur ou l’écran de la caméra.

4. Un message trop long

Beaucoup de gens veulent parler de trop de chose dans leur vidéo. Sur Internet, une vidéo qui dure plus de deux minutes doit affronter une condition particulière : les spectateurs ne sont pas patients. La meilleure solution pour ceux qui ont beaucoup de choses à dire est de partager leur discours en plusieurs parties, en plusieurs vidéos.

Essayez de faire une vidéo ne contenant qu’un seul message et exprimez, d’une façon simple, ce que vous voulez dire dans la durée la plus courte possible. Une émission de télé qui ne dure que deux minutes est construite avec une idée très précise.

Pour vous aidez, je vous renvoie  à un de mes articles expliquant comment écrire un scénario basique, simple et claire, cela vous donnera une idée pour faire passer efficacement votre message.

5. Des images trop statiques

Un discours de deux minutes constitué d’un plan unique du narrateur qui parle est déjà trop long pour la plupart des spectateurs.

Dès qu’il constate que le sujet qu’il regarde reste statique, le cerveau humain juge qu’il n’est plus nécessaire de continuer à le regarder. Donc, si votre vidéo ne comprend qu’un plan statique, soit les spectateurs vont cliquer sur une autre vidéo, s’ils en ont la possibilité, soit ils vont commencer une autre tâche tout en « écoutant » distraitement votre vidéo. Au bout de quelques minutes, ils finiront par oublier qu’ils étaient en train de regarder une vidéo sur Internet… et votre message sera perdu !

Tournez plusieurs fois votre discours sous différents axes de différentes tailles. Et donnez du rythme à votre montage. Vous trouverez dans d’autres articles des conseils et petites astuces pour vous y aider.

 

En prenant conscience de ces 5 erreurs et en essayant de les éviter ou de les corriger, vous augmenterez immédiatement la qualité de vos vidéos. Vous transmettrez ainsi une impression de professionnalisme qui contribuera à augmenter la confiance de vos prospects et de vos clients envers vos produits et/ou vos services.

À titre d’exemple, voici une vidéo que nous avons réalisée en prenant soin d’éviter les 5 erreurs les plus courantes lors de la création d’une vidéo.

Cette vidéo a permis à notre cliente, professeur de stretching postural, d’augmenter son chiffre d’affaire de 25% en trois mois.

Et vous ? Êtes-vous satisfait de vos vidéos ? Avez-vous identifié une des 5 erreurs dans l’une ou plusieurs de vos vidéos ?

Posez vos questions, partagez vos expériences en laissant un commentaire ci-dessous.

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 6.0/10 (2 votes cast)
Les 5 erreurs les plus courantes lors de la création d'une vidéo, 6.0 out of 10 based on 2 ratings

Un commentaire


  1. // Répondre

    La vidéo est tout à fait claire, rapide, on y accorde de l’attention. Seul bémol, la faute d’orthographe à la fin « … seuls les licenciers ont le droit de l’enseigner » …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *